Je me vide les couilles dans le trou de cul de ma salope de patronne.

Cette superbe bourgeoise ne peut s’empêcher de me mettre la main à la bite chaque fois qu’elle en a l’occasion…. Et je ne peux résister à l’appel de ce cul mature en constant manque de bonne bite dure. Après un soixante-neuf bandant à lécher cette bonne chatte rasée, je passe directement à son trou du cul car j’ai envie d’une baise sauvage et de faire crier cette femme toujours classe et bien mise. Décoiffée et démaquillée par cette partie de jambe en l’air déchaînée, la pimbêche a aussi hâte que moi d’être souillée avec mon sperme de petit employé insignifiant.

20733
28:20
85%
Votes : 28